Aziz Sahmaoui, quand Afrique du Nord et Subsaharienne dialoguent en musique

CULTURE

Dans son dernier album, « Poetic Transe » (PIAS),  le Marocain Aziz Sahmaoui nous démontre que l’Afrique du Nord et Sub-saharienne dialoguent toujours en musique.

Le premier titre donne le ton de l’album : un texte déclamé en arabe auquel répond une langue africaine, des rythmes typiquement gnawa, le chant d’un griot qui s’élève bientôt, et les musiques et langues d’Afrique du Nord et sub-saharienne qui finissent par se mêler complètement. Le titre de cette composition d’ouverture est « Janna Afrikia », soit « Paradis africain » en arabe : la déclaration d’amour à la terre d’Afrique est exprimée !

La kora, la guitare guembri, le rock occidental des guitares électriques, la transe des cérémonies magiques de l’islam populaire dans le Sud marocain, région natale de Aziz Sahmaoui (né à Marrakech), continuent de nous raconter, en 2018, une très vieille histoire : celles du mélange des peuples, entre les hommes et femmes venus au Maroc du Sud du Sahara – aujourd’hui Sénégal, Mali, Guinée,… (d’où le nom « gnawa » (« Guinéens » en arabe), des musiques des descendants des Sub-sahariens au Maroc). Ces hommes et femmes commerçaient, en caravanes, avec le Nord du continent africain, et certains s’installèrent là définitivement…

Le métissage continue donc, aujourd’hui comme hier… Et l’accordéon des musiques populaires d’Europe s’invite parfois avec bonheur dans ces musiques et ces chansons qui nous racontent, en arabe, l’Afrique d’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *